L’inspiration de la Classe A

Comment créer un véhicule dans lequel on se sent instantanément bien ? Ces employés de Mercedes‑Benz connaissent la réponse. Ils comptent parmi les concepteurs de la nouvelle Classe A. Voici ce qu’ils ont à en dire.

Axel Harris

Bien que la Classe A soit présente dans d’autres marchés, elle est offerte pour la première fois au Canada.

Nos collègues de la division développement sont parvenus à aller encore plus loin avec ce nouveau modèle. Je suis convaincu qu’il sera accueilli avec beaucoup d’enthousiasme, compte tenu de son design attrayant et d’un éventail de fonctionnalités sophistiquées. D’une part, nous avons écouté attentivement nos clients et travaillé d’arrache-pied pour répondre à leurs exigences. D’autre part, nous avons doté la Classe A d’un ADN de technologies intelligentes qui saura les surprendre. Par exemple, la nouvelle interface utilisateur permet au conducteur d’interagir intuitivement avec son véhicule. Il suffit d’en faire l’essai pour aussitôt comprendre la valeur ajoutée de ce système. On peut communiquer avec lui par une simple commande vocale. Il s’agit d’une caractéristique propre à ce modèle, mais j’imagine que les consommateurs s’attendront bientôt à la retrouver dans tous les véhicules de série. Avec la nouvelle Classe A, Mercedes-Benz prouve que même une voiture d’entrée de gamme peut bénéficier de technologies de pointe. Prochainement, des mises à jour – semblables à celles qu’on télécharge sur notre téléphone – seront offertes. En procédant à ces mises à jour, on sera assuré que notre véhicule dispose de la plus récente version du logiciel.

Une chose que j’aime particulièrement de la nouvelle Classe A : ce qu’on ressent en montant à bord. C’est comme trouver chaussure à son pied. Nous sommes parvenus à créer cet effet en combinant différentes caractéristiques, toutes réunies au sein d’un concept cohésif.


Claudia Braun

La nouvelle Classe A est une « voiture pour un mode de vie branché » : voilà l’identité que l’équipe responsable des couleurs et des matériaux lui a créée. Nous étions prêts à sortir des sentiers battus, tout en gardant en tête les teintes de l’histoire de Mercedes-Benz. C’est ainsi que s’est amorcée une période de grande créativité. Nous cherchions des tendances provenant des industries de la mode et de la musique ; nous avons donc parcouru des blogues de styles de rue, assisté à des défilés et visité le Salon du meuble de Milan.

Les couleurs de la nouvelle Classe A se devaient d’être stylées et branchées. Pour la carrosserie, nous avons finalement opté pour des teintes tendance qui s’agencent aux palettes modernes de l’habitacle. La Classe A a toute l’élégance et l’authenticité de Mercedes-Benz, grâce à de nombreux éléments décoratifs, incluant des détails en bois naturel. Des garnitures en aluminium contribuent également à son allure sportive. On peut aussi personnaliser l’éclairage ambiant optionnel, qui offre 64 variations de couleurs, ainsi que différentes atmosphères. Les bandes lumineuses sont certainement une des caractéristiques les plus sympas de la Classe A… et un chouette clin d’œil aux derniers véhicules de salons de l’auto de Mercedes‑Benz.


Robert Lesnik

La Classe A étant la voiture la plus sportive et la plus avant-gardiste de sa catégorie, nous avons modelé sa carrosserie en concentrant nos efforts sur ses proportions. Il s’agit d’un élément déterminant dans la conception d’un véhicule et Mercedes-Benz est reconnu pour ses silhouettes sensationnelles. Nous voulions que chaque chose soit à sa place, d’autant plus que nous cherchions à simplifier et à épurer autant que possible son design. Nous n’avons pas hésité à enlever une ligne ici et une autre là. Notre mission était d’arriver à une plus grande clarté. Ce sont les surfaces, et non les arêtes, qui donnent forme aux objets.

Ce que je préfère de la nouvelle Classe A ? La partie avant – avec la calandre Panamericana et les phares à DEL multifaisceaux – qui est particulièrement basse. Il s’agit probablement de la décision la plus radicale que nous ayons prise. Nous voulions maximiser la sécurité des piétons en cas d’accident, sans compromettre l’allure sportive de la voiture. Une autre caractéristique distinctive : ses grosses roues, les plus larges de sa catégorie. En dessinant la nouvelle Classe A, un de nos plus grands défis a été de préserver le caractère extrêmement sportif de ses prédécesseures, tout en la rendant hautement fonctionnelle. Je pense que nous avons réussi haut la main. Une voiture doit à la fois être belle et intelligente. La nouvelle Classe A excelle en tout point.


Simone Kurek

J’ai contribué à développer plusieurs dispositifs pour la Classe A, dont l’assistant à la configuration, que nous surnommons « le magicien ». Il s’agit d’un système hautement intuitif qui aide les clients à comprendre rapidement comment fonctionne leur véhicule.

Plusieurs importantes questions ont été soulevées au moment de créer l’interface utilisateur : Combien d’informations peut-on traiter à la fois ? Où se porte notre attention lorsqu’on regarde l’écran ? Quelle quantité de données peut-il afficher ?

J’ai étudié les sciences cognitives, qui concernent des facultés comme la perception, l’apprentissage et les émotions. C’est une discipline qui se situe entre l’informatique, la psychologie, la neurobiologie, la linguistique, les mathématiques et la logique. Pendant mes études, j’ai acquis des connaissances interdisciplinaires qui me permettent d’analyser, selon différentes perspectives, les relations que nous entretenons avec les machines, afin de développer des solutions qui les facilitent.


Marco Santi

Je visais trois objectifs en élaborant l’expérience utilisateur. Premièrement, créer du contenu et des commandes qui, tout en étant résolument modernes, procureraient instantanément un sentiment de familiarité. Je voulais que les usagers comprennent instinctivement la nouvelle Classe A. Deuxièmement, développer une interface qu’ils aimeraient vraiment et qui continuerait à leur procurer du plaisir – pas juste une semaine ou deux, mais pendant longtemps. Je veux que, chaque fois qu’ils entrent dans le véhicule, ils se disent : « Génial ! Ma voiture me donne toujours exactement l’information dont j’ai besoin. »

Troisièmement, offrir un système que chaque individu peut configurer selon ses humeurs et que tout le monde peut s’approprier. Parce qu’on est tous différents.


Frank Weinert

Très tôt dans le processus, nous avons conçu un prototype de la nouvelle Classe A pour pouvoir monter à bord et regarder à l’extérieur.

Nous nous sommes posé toutes sortes de questions. Des choses aussi simples (et essentielles) que : « Qu’est-ce qu’on voit en s’assoyant dans cette voiture ? » Ce qui importe n’est pas d’avoir une vue magnifique des étoiles, mais une bonne vision de la route. Bien qu’il s’agisse d’un véhicule compact, le pare-brise est considérablement éloigné du conducteur. Pour plus de visibilité, une ouverture a été créée entre les minces montants de la vitre et les deux rétroviseurs extérieurs. Il est ainsi plus facile de voir les piétons et les cyclistes qui se trouvent en diagonale. Nous avons repoussé les limites du design afin d’amincir les portes et d’offrir ainsi plus d’espace au niveau du coude du conducteur.

Un de mes collègues, passionné de cyclisme, nous disait qu’il n’aime pas transporter sa bécane sur un porte-vélo : il la préfère à l’abri dans le coffre. Nous avons exaucé son souhait : le hayon scinde les phares arrière, ce qui nous a permis d’augmenter sa largeur. En retirant les roues de sa bicyclette, mon collègue peut facilement la faire entrer dans le coffre, sans même devoir replier la banquette arrière.


Christian Gugel

La Classe A est destinée aux jeunes qui ont grandi avec un téléphone intelligent à la main. Ces membres de la génération Y peuvent communiquer avec leur véhicule comme jamais auparavant. Et vous savez ce que signifie le « A » ?

Avant-garde. Elle se révèle dans les détails comme le plateau de chargement par induction : notre solution à un problème très commun. Maintenant, il suffit d’y déposer notre téléphone pour qu’il se recharge automatiquement. Plus besoin de chercher un chargeur ou une prise. La Classe A atteint son plein potentiel lorsqu’elle est combinée à l’application Mercedes me qui offre des avantages, comme consulter à distance le niveau d’essence. Elle peut aussi nous indiquer les espaces de stationnement.


Hartmut Sinkwitz

Ce que je préfère de l’habitacle ? L’écran panoramique flottant.

L’habitacle de la nouvelle Classe A se distingue par son architecture spacieuse et le design novateur de l’affichage et des commandes. Notre approche esthétique, minimaliste et épurée, est une révolution de l’intérieur. L’écran panoramique est entièrement numérique et exempt de composante mécanique. Même l’aiguille indiquant la vitesse est numérique ! Les propriétaires de la Classe S bénéficiaient de cette technologie depuis un moment déjà ; c’est maintenant au tour des conducteurs de ce véhicule compact d’en profiter. Le pavé tactile de la console centrale permet de contrôler le système multimédia, dont les fonctions téléphonie et navigation sont des caractéristiques de série de la nouvelle Classe A.

J’aime encore plus l’allure de la voiture une fois la nuit tombée. Je suis particulièrement fier de l’éclairage ambiant optionnel, sans précédent pour cette catégorie. Il permet de créer des ambiances exceptionnelles grâce à 64 couleurs et combinaisons de lumière directe et indirecte. Je trouve que nous sommes parvenus à intégrer cette caractéristique avec beaucoup de cohérence. Nous avons obtenu un tel résultat en faisant de l’éclairage intérieur une priorité dès le départ. Nous avons également donné une nouvelle apparence aux buses de ventilation, qui sont maintenant éclairées et qui ressemblent à des turbines. Elles deviennent bleues quand on baisse la température et rouges si on l’augmente. C’est le genre de détails qui sont importants.

Guide de voyage : Harbourfront
Lire l’article suivant

Guide de voyage : Harbourfront

Découvrez ce qu’il y a de nouveau dans ce quartier portuaire de Toronto.
×