La renaissance de Varsovie

Ces dernières années, la capitale polonaise s’est transformée en une ville moderne et branchée, où affluent les créateurs. Nous avons parcouru la métropole à bord d’un véhicule parfait pour l’occasion : le nouveau GLA.

Vibrante porte d’entrée de l’Est. Mais aussi de l’Ouest. Destination tendance, capitale hipster, ville en plein essor. Voilà quelques qualificatifs qui conviennent bien à la nouvelle Varsovie. Depuis quelques années, la capitale polonaise baignant dans la Vistule a su se réinventer et s’affranchir de son ancienne image socialiste.

« C’est tout à fait vrai », acquiesce Kasia Kausa, qui y habite depuis six ans et qui, grâce à son travail, y côtoie de nombreux entrepreneurs, artistes et créateurs. La jeune femme de 33 ans s’apprête à nous faire découvrir sa fascinante ville. Nous conduisons le véhicule au rendez-vous : le nouveau GLA de Mercedes-Benz est le complice tout indiqué pour ce genre d’escapades urbaines.

Mercedes-Benz GLA

Le GLA longe le Warsaw Spire, un gratte-ciel de 220 m de hauteur.

Mère d’un garçon de trois ans, Kasia (prononcez « Kascha ») est titulaire d’un doctorat en linguistique et travaille chez Photoby, une agence de photographie. Sa réaction en apercevant le GLA du balcon de son appartement au centre-ville ? « Wow ! »

Elle ne se fait pas prier pour descendre le voir de plus près, monter à bord… et la voilà déjà prête à partir. « J’adore la teinte de la carrosserie, s’exclame-t-elle. Et les sièges en cuir noir avec leurs coutures rouges. C’est très élégant. »

Éblouissante Varsovie

Il est tôt et la ville s’éveille à peine tandis que nous empruntons l’un de ses boulevards huppés. Dans plusieurs quartiers de Varsovie, la métamorphose en cours est nettement perceptible et se reflète notamment dans la joie de vivre qui anime les citoyens à l’origine de ce changement. « Commençons par faire un tour de la place », suggère Kasia. C’est maintenant à notre tour de nous exclamer : « La vue est magnifique ! » Nous sommes à la place Europejski, admirant l’étincelante façade vitrée du Warsaw Spire, un gratte-ciel de 220 m de hauteur, dont la construction, terminée en 2016, a coûté 250 millions d’euros.

Kasia Kausa glisse les toiles de Cezary Poniatowski

Du grand art : Kasia Kausa glisse les toiles de Cezary Poniatowski (à gauche) à l’arrière du GLA.

L’édifice flanqué de deux tours latérales de 55 m a obtenu l’an dernier le prix du meilleur centre d’affaires au MIPIM, à Cannes, l’emportant sur des constructions de Londres, de Rome et de Shenzhen, en Chine. Nous empruntons l’ascenseur qui nous mène au 38e étage, là où le prince William et la duchesse Kate se sont arrêtés, à peine quelques semaines plus tôt, pour visiter les fondateurs de plusieurs start-up varsoviennes. D’ici, on a une vue plongeante sur la ville qui s’étend jusqu’à un deuxième amas de gratte-ciels, quelques kilomètres plus loin. Tout autour du Warsaw Spire, on aperçoit des camions et des travailleurs de la construction qui s’affairent à marteler, river, souder. De nouveaux édifices s’élèveront sous peu, offrant plus d’un million de mètres carrés de locaux commerciaux.

Jaga Hupalo et Kasia Kausa ; Krzysztof Kozanowski et Monika Brzywczy

De gauche à droite : la célèbre coiffeuse Jaga Hupalo (à droite) offre ses conseils à Kasia Kausa ; Monika Brzywczy (à droite) et Krzysztof Kozanowski (à gauche), rédactrice en chef et éditeur du magazine USTA.

De l’énergie à revendre

Parmi les entreprises établies dans le Warsaw Spire, on compte The Heart, une société d’experts-conseils spécialisée dans les start-up et fondée par Tomasz Rudolf. Sa dynamique équipe est composée de 30 employés – et pas uniquement des Polonais, mais aussi des Américains, des Anglais et des Français. L’entrepreneur de 39 ans, qui parle couramment anglais (comme beaucoup de Varsoviens) et allemand, a eu l’honneur de recevoir les invités royaux britanniques pendant une heure entière et de leur servir de guide lors de leur visite du gratte-ciel. Tomasz planifie actuellement l’expansion de son entreprise et l’ouverture d’un bureau à Londres. À l’ère du numérique, l’expertise, l’engagement et la créativité sont des compétences essentielles et trois qualités qu’on trouve en abondance à Varsovie.

Kasia Kausa se tient devant les immenses fenêtres de l’édifice et contemple le panorama. « La ville dégage une telle énergie ! Tout pousse et bourgeonne à une telle vitesse ! »

Mercedes-Benz GLA

Nous devons pourtant reprendre la route. Kasia doit passer au studio du peintre Cezary Poniatowski, sur la rue Rydygiera, pour y récupérer quelques-uns de ses tableaux. Car l’artiste de 30 ans prépare actuellement une exposition à Rome. Elle rabat les sièges arrière du GLA pour y glisser les grandes toiles. « C’est bien ! À mon avis, un véhicule ne doit pas être seulement esthétique, mais aussi pratique », lance-t-elle.

Kasia ne s’attarde pas pour bavarder, vu que nous avons rendez-vous chez la coiffeuse. Et pas n’importe laquelle ! Nous traversons la ville à bord du GLA, passons devant les galeries marchandes, quelques rares façades délabrées et de nombreux édifices historiques récemment restaurés. Nous empruntons les avenues et les rues étroites, où les bâtiments anciens côtoient les nouveaux. Varsovie est un savoureux mélange de décrépitude et de raffinement. Il s’en dégage une ambiance résolument cosmopolite. Ses nombreuses places publiques fourmillent de gens de multiples nationalités : Japonais, Chinois, Australiens, Américains, Européens de l’Ouest. À un moment donné, Kasia décide d’entrer l’adresse de notre prochaine destination dans le système de navigation par satellite et se réjouit de voir à quel point c’est facile. Et que dire de la largeur de l’écran !

Kasia Kausa aime Varsovie

Nuit magique : Kasia Kausa aime Varsovie à toute heure de la journée. Selon elle, le GLA est le complice idéal pour découvrir la ville.

Nous quittons le quartier des affaires et la vieille ville pour nous diriger vers la rue Burakowska, qui se trouve dans un chic secteur de Varsovie, où foisonnent les parcs et les magnifiques jardins. C’est ici que, depuis 17 ans, Jaga Hupalo exploite son salon de coiffure. La célèbre coiffeuse compte 8000 abonnés sur Instagram et presque deux fois plus d’amis Facebook. Parmi ses clients, elle compte de nombreuses personnalités varsoviennes du monde du sport, de la culture et de la scène, et même quelques célèbres acteurs français.

Aménagé dans une ancienne usine de textiles, son salon est presque entièrement décoré en noir. Une musique relaxante s’échappe des haut-parleurs et on peut lire « Born to Create » sur le mur de la réception. Née pour créer : c’est la devise de cette coiffeuse aux longs cheveux noirs. Kasia désigne l’enseigne et s’esclaffe : « Typiquement varsovien. »

Alors que la nuit tombe, la ville s’illumine, révélant une autre facette de sa personnalité.

Une autre devise nous attend à notre prochain arrêt : les bureaux de Krzysztof Kozanowski et Monika Brzywczy, éditeur et rédactrice en chef du magazine USTA. « On mange, on parle, on embrasse. » Un précepte qui illustre à merveille la nouvelle Varsovie. Et qui inspire les articles de ce magazine sur l’art de vivre, publié quatre fois l’an et vendu à quelque 40 000 exemplaires. Kasia discute avec ces deux fins connaisseurs des meilleures adresses pour découvrir la ville. (Curieux ? Vous trouverez la liste ci-dessous.)

Alors que la nuit tombe, la ville s’illumine graduellement, révélant une autre facette de sa personnalité. À bord du GLA, nous longeons les enseignes au néon et les édifices élégamment éclairés. Nous stationnons le véhicule et partons à pied explorer la vie nocturne de Varsovie.


Mercedes me

Localisation du véhicule

Une ville inconnue, un labyrinthe de rues. Mais où avez-vous donc garé votre voiture ? Grâce à l’application Mercedes me connect, votre téléphone intelligent connaît la réponse. Il peut localiser votre véhicule dans un rayon de 1,5 km et vous guider jusqu’à lui.

Services à distance

Avec l’application Mercedes me connect, vous pouvez également démarrer votre moteur à distance, déverrouiller vos portières, vérifier le niveau de carburant ou transmettre une adresse à son système de navigation.

Suggestions

Où dormir ?
Pour les individualistes : Autor Rooms consiste en quatre chambres décorées et gérées par des designers et des auteurs.

Où se promener ?
Le long de la Vistule. Faites un arrêt au Copernic Science Centre pour ses nombreuses expositions interactives.

Où manger  ?
Le bar à vin Dyletanci, appartenant à Maciej Sondijhoix, propose un choix de crus et de plats préparés avec des produits locaux.

Où magasiner ?
Situé en plein centre-ville, le Zlote Tarasy est un grand centre commercial à l’architecture futuriste.

Restez concentré
Lire l’article suivant

Restez concentré

À force d’être constamment bombardé de courriels et de nouvelles, on peut parfois se sentir dépassé. Comment peut-on rester concentré et être davantage satisfait de son travail ? Selon les…
×